L'HISTORIQUE

Il était une fois, le Festival du cinéma de La Foa...

L’origine du festival, 1998

A l’origine de la création du festival du cinéma de La Foa, s’inscrit principalement la volonté d’une commune et de son maire Philippe Gomès de créer un événement culturel inédit en Nouvelle-Calédonie : un festival de cinéma participant au développement de la diffusion cinématographique.

La diffusion cinématographique en Nouvelle-Calédonie se partageait alors entre deux exploitants, à partir de films plutôt commerciaux présentés en version française. Cette sélection ne permettait pas de satisfaire les cinéphiles avides de films d’auteurs et de cinéma indépendant en version originale.

Le maire de la commune supervise alors, à l’entrée du village, la construction d’une salle de cinéma de toute beauté et tout confort, d’une capacité de 84 places. Il fait le pari du premier festival et accompagne la déléguée générale, Delphine Ollier, dans l’organisation de l’événement. Corinne Voisin, actuellement Maire de La Foa, était alors Présidente de l’association du festival du cinéma de La Foa.

Les axes principaux, 1999

Dès la première année, l’association du festival du cinéma de La Foa s’est fixée pour objectifs :

En juin 1999, Jean-Pierre Jeunet donnait alors son nom au cinéma de La Foa et présidait la 1ère édition du festival !

Les professionnels invités

Après Jean-Pierre Jeunet, l’équipe du festival a eu le plaisir et l’honneur d’accueillir successivement Claude Pinoteau, Catherine Jacob, Gérard Jugnot, Charles Berling, Jane Campion, Philippe Torreton, Claude Brasseur, Gérard Darmon, Patrice Leconte, Cécile de France, Zabou Breitman, Mathieu Demy, Miou-Miou, Julie Gayet, Jalil Lespert, Sacha Wolff, chacun rencontrant le public à l’issue de la projection d’un ou plusieurs de ses films et présidant un concours de courts-métrages.

La fréquentation

Dès la troisième édition, la fréquentation a sensiblement augmenté, nous passions de 1900 spectateurs la première année à 2 562 la troisième, puis 3 430 la quatrième... Aujourd’hui, le festival attire 7 à 8 000 spectateurs.

La sélection de longs-métrages internationaux

La sélection de longs-métrages internationaux est elle aussi à la hausse. En 1999, alors que le festival était créé sous l’égide du Festival du Film de Paris, 12 longs-métrages avaient été retenus parmi leur sélection basée sur des premiers et seconds long-métrages de jeunes réalisateurs. Dès la 3ème année, sont inclus dans la sélection de récents films d’auteurs. Nos premiers pas ont permis de présenter « Sous le sable » de François Ozon. A partir de la 5ème édition, notre sélection est devenue autonome et s’est établie en lien direct avec les distributeurs. Désormais, chaque édition propose une vingtaine de longs-métrages.

Les concours de courts-métrages

En 1999, le festival comptait une seule catégorie mêlant tous les niveaux et tous les genres de participations (individuelles, collectives, scolaires) : le concours AOM de courts-métrages, devenu rapidement le concours Air France de courts-métrages. De 2009 à 2015, le concours était soutenu par Groupama Pacifique et la Fondation Groupama-Gan pour le cinéma. Il est parrainé par nouvelle calédonie 1ère depuis 2016 !

Devant l’engouement des réalisateurs et la hausse du nombre de films présentés, une catégorie « Jeunes talents » a vu le jour en 2002, parrainée successivement par la Société Générale Calédonienne de Banque, la Banque Calédonienne d’Investissement, et à partir de 2017 la BNC, Banque de Nouvelle-Calédonie.

En 2005, le festival créait un concours de clips, grâce au soutien de Compact Mégastore. Ce concours est parrainé depuis 2010 par la Sacenc.

Nouvelle calédonie 1ère, alors RFO, avait également permis de créer pendant quelques années le concours de la meilleure bande-annonce du festival ainsi qu’un concours à thème qui était alors suggéré par l’invité d’honneur.

En 2016, Mobilis permet la création du concours Movielis de très courts-métrages afin d’encourager la réalisation de films sur tablettes et smartphones.

La qualité technique des courts-métrages et des clips s’est accrue d’année en année. En 1999, la plupart des participants travaillaient de façon amateur et artisanale, cumulant plusieurs fonctions. Le festival a favorisé les rencontres entre les équipes ; dès lors que les compétences ont été identifiées puis réunies, les films ont gagné en qualité.

Les prix attribués dans le cadre des concours ont eux aussi évolué. Les différentes catégories affichent un premier prix en numéraire, de façon à permettre aux lauréats d’investir dans leur film suivant.

Si 12 courts-métrages calédoniens étaient présentés en 1999, le festival diffuse maintenant près de 40 productions locales par édition (courts-métrages et clips confondus) ! Un réel engouement qui a incité les institutions à soutenir davantage les réalisations calédoniennes.

Depuis 19 ans, l’association du Festival du cinéma de La Foa est heureuse de contribuer au développement de la diffusion cinématographique et de la création audiovisuelle en Nouvelle-Calédonie !

L'équipe du festival

Président d’honneur : Philippe Gomès
Maire de La Foa : Corine Voisin

Conseil d’administration
Présidente : Françoise Rispal
Vice-président : Julien Grumaud
Trésorier : Jean-Pierre Lafay
Trésorier Adjoint : Loïc Guéraud
Secrétaire : Eve Uichi
Secrétaire adjoint : Petelo Felomaki

Mise en œuvre
Déléguée générale : Delphine Ollier
Régie générale : Jean-Pierre Lafay
Chargée de mission, responsable de la billetterie : Sophie Borneck
Inscriptions aux concours : Bureau d’accueil de tournages de la province Sud
Collaboration technique : Frédéric Cance
Séances décentralisées (nord et îles) : Gilles Donneger

Membres
Manon Bordaberry, Gérard Dorchy, Elodie Faye, Serge Guillermet, Yolande Honakoko-Poitvin, Marielle Keletaona, Sabrina Latoupie, Noé M’Hamdi, Eric Moglia, Cécile Orosco, Jean-Philippe Reitter, Régis Roustan, Samuel Travouillon.