Au revoir là haut

Comédie dramatique française d'Albert Dupontel distribuée par Gaumont. 1h57. Avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte...

Synopsis

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.

Prix et nominations

5 César 2018 : Meilleur réalisateur, Meilleure photographie, Meilleurs costumes, Meilleurs décors, Meilleure adaptation !

Critiques

« Tout respire la réflexion, la créativité, la recherche, en deux mots : le travail d’ampleur et la créativité sans bornes. » Bande à part


« Vu le succès du livre (450.000 exemplaires), le défi était de taille. Albert Dupontel le relève avec panache. C'est un film enthousiasmant, spectaculaire. » Le Nouvel Observateur


Note sur le réalisateur

A la fin des années 80, Albert Dupontel se forme à la comédie au Théâtre National de Chaillot. C'est à cette période qu'il débute sur grand écran dans La Bande des quatre de Jacques Rivette et Encore de Paul Vecchiali. Mais c'est en 1991, sur scène que le comédien se fait véritablement connaître du grand public avec son one man show Sale spectacle. Il s'illustre en 1995 dans Un héros très discret de Jacques Audiard. En 1996, il réalise son premier long métrage, Bernie, dans lequel il s'offre également le rôle-titre. Le ton unique du film, décapant et provocateur, impose la personnalité de son auteur. Continuant de travailler comme comédien, Albert Dupontel signe la mise en scène de son deuxième long, Le Créateur (1998), réflexion sur le statut d'artiste. Ce comédien rare et exigeant confirme son désir d'éclectisme en alternant des films subversifs (Irréversible, 2002), des films plus classiques et des comédies plus populaires. En tant que réalisateur, il signe également : Enfermés dehors (2006), Le Vilain (2009), 9 mois ferme (2013), puis Au revoir là-haut en 2017, hautement récompensé lors de la cérémonie des César 2018.

Projections

Ciné La Foa : dimanche 8, 14h

Ciné City : lundi 2, 17h45
vendredi 6, 20h20

Film parrainé par


Bande annonce